• Quand c'est le prof qui triche !

    Voici comment un profs de lycée a grugé ses élèves qui recopiaient leurs devoirs sur internet.

    L'auteur donne une conclusion qui m'interpelle : "
    Et je défends ce paradoxe : on ne profite vraiment du numérique que quand on a formé son esprit sans lu."

    Voici la mienne : Le numérique étant partout et si facilement accessible qu'il est difficilement contournable. Peut-être serait-il temps de revoir notre façon d'enseigner et surtout de former les esprits de demain ?

     

    Comment j'ai pourri le web
    (Publié sur La vie moderne.net, Écrit par Loys)

    Petite expérience amusante sur l'usage du numérique en lettres

    Préambule

    Pendant ma première année au lycée, j’ai donné à mes élèves de Première une dissertation à faire à la maison. Avec les vacances scolaires les élèves avaient presque un mois pour la rédiger : c’était leur première dissertation de l’année.

    Plus tard, en corrigeant chez moi, je me suis aperçu que des expressions syntaxiquement obscures étaient répétées à l’identique dans plusieurs copies. En les recherchant sur Google, j’ai trouvé des corrigés sur un sujet de dissertation voisin vendus à 1,95€. Interloqué, j’ai immédiatement arrêté de corriger les copies, ne sachant plus à quoi ou à qui j’avais affaire et ayant l’impression de travailler dans le vide.

    Plus tard, la même année, j’ai donné sur table à une de mes classes un commentaire composé, sur un passage d’une œuvre classique. Je n’ai pas particulièrement surveillé l’épreuve, le commentaire composé étant, comme la dissertation ou le sujet d’invention, un bon exemple d’exercice on ne peut plus personnel, où copier sur le voisin n’a absolument aucun sens. En corrigeant chez moi les copies, j’ai constaté, dans une copie, des choses étranges : des termes ou des expressions qu’un élève de Première n’emploierait pas, une introduction catastrophique mais un développement convenable. En tapant une des expressions sur Google, j’ai réalisé que l’élève avait utilisé son smartphone pendant le cours et recopié le premier corrigé venu sur Google en tâchant maladroitement de le maquiller. En rendant les copies j’ai tenu un discours sévère à la classe sans indiquer qui avait triché. Après le cours, l’élève concerné, en pleurs, a reconnu les faits.

    J’ai donc décidé de mener une petite expérience pédagogique l’année suivante : j'ai pourri le web !

    Lire la suite...

    « Capture des émissions TVGoogle boude les Eklablog ? ! »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    4
    Mercredi 20 Juin 2012 à 13:45

    je l'avais découvert via un copain... et suis d'accord avec ta conclusion... mais il faudra une génération ou presque pour qu'on révolutionne les esprits d'une petite partie de nos collègues, et d'ici là, la situation aura encore changé, .

    Peut-être faudrait-il dès le début, en formation (si on en remet une valable un jour) expliquer que c'est un métier évolutif.

    Je me souviens d'une collègue en Conseil d'administration au collège qui espérait se faire entendre des parents d'élèves élus et des membres représentant la société civile, sur son refus d'une nouveauté, en plaidant non la débilité pédagogique de cette nouveauté (avérée), mais le fait qu'on ne pouvait pas "nous" demander de faire autrement le travail pour lequel on avait été engagé "vous comprenez, on travaille de la même façon depuis 20 ans ou 25 ans, et on nous dit de changer, ça n'existe nulle part ça"... . Et elle insistait en disant qu'elle parlait au nom de tous les profs, malgré nos dénégations à côté d'elle.

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    3
    loloch31 Profil de loloch31
    Dimanche 10 Juin 2012 à 14:17

    J'adore

    2
    Samedi 28 Avril 2012 à 11:51

    Excellent !! Il en faut du temps, de la patience et de la détermination pour monter un tel plan 

    1
    Samedi 7 Avril 2012 à 19:07

    Je suis d'accord avec la démarche du prof et la conclusion de Pépin mais, étant donné, que Montaigne amenait déjà un argument similaire, concernant la façon d'enseigner, il y a bientôt cinq siècles, je crains que ce ne soit pas gagné, là .

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :